Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

eva maria

Rafael Todeschini | 2013 | V.O. portugaise | Brésil | 12min | couleur

Synopsis :

En 1990, Fernando Collor de Mello, premier président élu après 20 ans de dictature militaire, décide la fermeture de toutes les institutions de financement pour la production et la distribution des films, ce qui provoque la plus grande crise de l’histoire du cinéma au Brésil. Deux ans et bien des scandales de corruption plus tard, Collor doit quitter le pouvoir et la démocratie se reconstruit lentement dans le pays, non sans peines. le cinéma brésilien suit ce mouvement, non sans peines... Les politiques gouvernementales ont principalement développé un marché du film soutenant des productions grand public déjà bien financées par la puissante télévision brésilienne, concentrée à Rio de Janeiro et São Paulo. Parallèlement, de nouvelles formes de cinéma sont apparues en marge de ce système. Des films, qui n’abandonnaient plus les choix esthétiques à des questions de production, sont rendus possibles grâce à une formidable entraide, hors du parcours officiel. De nombreux films originaux et passionnants arrivent alors de « nulle part ». Beaucoup de courts métrages révèlent de nouveaux talents, ce format demeurant jusqu’à aujourd’hui le plus créatif du cinéma brésilien. Ils arrivent d’autres régions que Rio et São Paulo (surtout du pernambuco, Ceará et Minas gerais), faisant la preuve que le « centre » et la « marge » ne sont pas des questions géographiques, mais bien esthétiques et, pourquoi pas, philosophiques. Les films présentés ici font la preuve de la richesse de ce nouveau cinéma brésilien, bien loin de cet utopique et écrasant Cinema novo des années 60, mais aussi des comédies et mélodrames du cinéma populaire actuel. Ce sont des œuvres extrêmement personnelles, contemporaines, mais qui tissent un dialogue continu avec l’histoire du Brésil et de ses traditions. — Pedro Butcher

COURTS MÉTRAGES BRÉSILIENS - PROGRAMME 1 ( 5 films )