Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

uvanga

Marie-Hélène Cousineau, Madeline Piujuq Ivalu | 2013 | V.O. anglaise, inuktitut | S.T. français | Québec, Canada | 86min | couleur

Synopsis :

Après avoir travaillé à Igloolik, Anna (Marianne Farley) y retourne pour la première fois avec Tomas (Lukasi Forrest), le fils qu’elle a eu avec un homme du village, aujourd’hui décédé. Entre la mère, qui tente de refaire ses marques dans ce lieu chargé d’émotions contradictoires, et l’adolescent qui, en rencontrant pour la première fois son demi-frère (Travis Kunnuk) et sa famille paternelle, se fabrique des racines, le voyage sera initiatique pour l’un et pour l’autre. Tourné sur une petite île du Nunavut, Uvanga (« moi-même » en inuktitut) jette un regard sans faux-semblants sur un peuple et un territoire souvent folklorisés, idéalisés ou démonisés, et la plupart du temps, ignorés. Sans joliesse et sans misérabilisme, les deux cinéastes racontent « de l’intérieur » cette histoire touchante et superbement interprétée par une majorité d’acteurs non-professionnels. Amples et à hauteur d’homme, les images sont magnifiques parce que justes et, sans ignorer les zones d’ombres qui persistent (toxicomanie, suicide, etc.), le film est aussi lumineux que le jour de six mois durant lequel il se passe. — Éric Fourlanty