Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

pink floyd live at pompeii

Adrian Maben | 1972 | V.O. anglaise | Belgique, Allemagne, France | 92min | couleur

Synopsis :

En 1971, Pink Floyd n’était qu’un groupe de rock progressif parmi tant d’autres. C’était deux ans avant que Money n’envahisse les radios mondiales. En 71, ils étaient jeunes, ils étaient beaux, et un documentariste français, d’origine écossaise, leur proposa de les immortaliser dans les ruines de la cité brûlée. Le concept ? Jouer certains de leurs morceaux dans l’amphithéâtre désert de Pompéi. Lave bouillonnante et guitares en fusion, bas-reliefs hurlants et claviers planants, pierres muettes et gradins déserts : le lieu s’accordait à la musique et le film fût unprécurseur des clips, alors qu’à l’époque n’existaient (sauf exception — Yellow Submarine) que des captations de concerts : Woodstock, Gimme Shelter, etc. Travellings majestueux, zooms (années 70 oblige !) et symétrie des plans : l’influence de Kubrick est évidente, avec qui le groupe a souvent été « associé » : refus de Pink Floyd de composer la trame sonore de 2001, l'Odysée de l'espace et d’utiliser Atom Heart Mother pour Orange mécanique, supposée synchronicité d’Echoes avec la finale de 2001 et refus de Kubrick pour que Waters utilise des échantillons de HAL 900 (l’ordinateur de 2001) pour son album solo en 88 ! — Éric Fourlanty Projection extérieure gratuite en partenariat le Quartier des spectacles, Air France et la STM